Superloustic se mobilise pour ne pas disparaître

Pochette du disque de la chanson de soutient à Superloustic

La réaction des auditeurs ne se fait pas attendre, les loustics refusent que leur radio disparaisse. Les enfants ont le droit à leur média. Un nombre impressionnant d’appels téléphoniques des jeunes auditeurs demandent la reprise des programmes en province. Les loustics passent à l’antenne pour faire part de leur mécontentement, témoigner de l’absence d’émission dans leur ville et lancer des appels au secours pour sauver leur radio. Le slogan « SUPERLOUSTIC, C’EST MON DROIT ! » s’entend toute la journée sur l’antenne, s’affiche sur les T-Shirt, les cartables et se lit à l’infini dans les lettres, dessins et pétitions qui affluent par milliers pour soutenir la radio.

Ces appels poignants sont entendus par la société propriétaire du satellite Telecom 1C, diffuseur des programmes pour les villes de province. Ce dernier est remis gracieusement en route comme geste de soutien. IDF Média, propriétaire des locaux de la radio et de l’émetteur parisien, et EDF font à leur tour grâce de leurs services. L’équipe de SUPERLOUSTIC n’est plus payée depuis la liquidation mais poursuit son travail tout en menant combat pour sauver la radio.

Télé 7 Jours - Juin 1992
Télé 7 Jours – Juin 1992

Une chanson réunissant les artistes et les chanteurs connus des auditeurs est enregistrée pour soutenir la radio des loustics et interpeller l’opinion et les pouvoirs publics. Carlos, Anne, Les Vagabonds, Hervé Cristiani, Billy, Bill Baxter, Bernard Minet, Holly Flip, Les Amulettes, Richard Dewitte, Claude Lombard, Jean-Claude Corbel, Ducky Smokton, Fonfrede et Becker, Bouskidou, Kony, Imbert et Moreau et bien d’autres participent à l’enregistrement de ce disque intitulé « Ta radio c’est ton droit ! », l’hymne de défense de SUPERLOUSTIC. Les bénéfices générés sont reversés à l’ADS pour financer la radio. Les paroles rappellent que l’enfant d’aujourd’hui est le citoyen de demain et, qu’à ce titre, il a le droit à un média FM qui lui est destiné pour comprendre, partager et découvrir le monde qui l’entoure.

 
Le Monde - 6 juillet 1992
Le Monde – 6 juillet 1992

Au total, près d’1 million de signatures sont récoltées pour soutenir SUPERLOUSTIC. Devant cette mobilisation unique en France de la part de la jeune population, il apparaît inconcevable de ne plus avoir de radio pour eux sous prétexte de raisons économiques ou politiques. Des appels de soutien sont lancés vers le gouvernement de l’époque et un projet de Radio France Enfants et proposé à la direction de l’époque. L’Association de Défense de SUPERLOUSTIC engage de nombreux contacts en vue de monter un projet toujours orienté vers les 13 millions de moins de 15 ans. Plusieurs avis favorables d’administrations sont reçus : éducation, culture, communication, etc… L’ADS préconise la mise en place d’une société économique mixte avec une participation de l’état à hauteur de 51%, 44% pour le secteur privé et 5% pour l’équipe de SUPERLOUSTIC. Le budget annuel d’exploitation est estimé à 40 millions de francs. Mr. Jean-Noël Jeanneney, secrétaire d’État à la communication reçoit l’ADS le 29 juillet 1992. Il déclare que SUPERLOUSTIC mérite sa place dans le paysage audiovisuel français mais confie être peu favorable à la reprise de la radio privée sous l’égide de Radio France qui a déjà du mal à boucler son budget annuel.

 

Malgré une mobilisation impressionnante de ses auditeurs et un soutien médiatique très fort, SUPERLOUSTIC perd définitivement l’intégralité de ses émetteurs en province le 7 juillet 1992.

Télé 7 Jours – Juin 1992

Le 23 juillet 1992 à 19h30, les animateurs font leurs adieux aux loustics parisiens, les seuls à pouvoir encore écouter la radio. Les studios sont fermés et mis sous scellés le lendemain matin à 9h30 : disques, matériel, bandes, archives, sont saisies. Un programme musical composé de chansons et de l’habillage de la radio des loustics est diffusé depuis des lecteurs à bandes directement placés dans le local de l’émetteur parisien de la tour Gallieni grâce à la générosité et à la bienveillance du diffuseur TDF. On peut entendre pour quelques semaines encore SUPERLOUSTIC et son disque des dernières heures, TA RADIO C’EST TON DROIT !

Le 97 FM à Paris est libéré lors de la nuit bleue du 5 au 6 septembre 1992 quelques minutes après minuit et disparaît noyé entre deux nouvelles fréquences attribuées à Rires et Chansons (97.4 FM) et Voltage FM (96.9 FM).

Deux ans plus tard, les fonds récoltés par « l’Association de Défense de SUPERLOUSTIC » sont entièrement reversés à l’association « Sol en Si » (Solidarité Enfants Sida).

0%