Nostaloustic

Didier Lockwood, « l’improvisible » – NOSTALOUSTIC #07

Par Frozenowl today 1 janvier 2017

Background
share close

NostaLoustic – épisode 7 – Improvisible

Salut les Loustics !

Après les agapes d’hier soir, il est l’heure de se réveiller pour le premier NostaLoustic de l’année 2017 ! (Gnnnn, laisse-nous dormir…)

Didier Lockwood, tous les loustics le connaissent ! Mais oui, c’est lui qui chante toutes ces comptines que l’on entend sur SL.com  : Frère Jacques, mais aussi Sur le Pont d’Avignon, Le Roi Dagobert, Alouette, etc.

Et bien désolé de vous détromper, les Loustics, mais Didier Lockwood, c’est quand même bien plus que ça! Toutes ces chansons que l’on entendait sur notre radio préférée sont extraites d’un seul et unique disque « Chansons pour enfants revisitées » sorti en 1985… et c’est le seul album pour enfants qu’il ait fait.

Mais Lockwood, c’est avant tout un prolifique et créatif violoniste de jazz aux multiples talents, aux goûts éclectiques et aux projets sans cesse renouvelés, ce qui lui vaut le surnom d’ « improvisible ». En 40 ans de carrière, il a sorti près de 40 albums, fait plus de 4000 concerts et joué avec les plus grands artistes de jazz ou de la chanson : Mile Davis, Nougaro, Higelin, Bohringer, Michel Petrucciani, etc.

Didier Lockwood est né en 1956 dans une famille d’artistes. Son père étant professeur de violon, il se prit rapidement de passion pour cet instrument et entra au conservatoire à l’âge de six ans. Suivant un enseignement exigeant (conservatoire ET papa !), il entre dans l’Orchestre lyrique du Théâtre Municipal de Calais à 13 ans et commence dès 16 ans à recevoir des Prix.

Mais le jeune violoniste va vite s’épanouir en dehors de la filière classique : il découvre l’impro jazz et le violon amplifié et finit par rejoindre le groupe Magma en 1973. Un an plus tard, il est remarqué par le grand violoniste de jazz, Stéphane Grappelli et l’accompagne dans ses tournées : Didier le considère un peu comme son père spirituel.

A partir de là, la carrière de Didier Lockwood sera marquée par l’éclectisme : en groupes ou en solo, il interprète des morceaux connus ou des compositions personnelles, dans des registres aussi variés que le jazz, mais aussi le classique, le rock, la pop ou bien sûr… la chanson pour enfants.

Cette petite démo de violon électrique reflète assez bien le caractère atypique et curieux de tout du personnage :

Ce n’est cependant pas un hasard si Didier Lockwood s’intéresse aux loustics et à leur musique. Il intervient depuis longtemps, à titre bénévole, dans les établissements scolaires pour sensibiliser les élèves à sa musique. Il crée en 2001 le Centre des Musiques Didier Lockwood qui vise à initier les plus jeunes à l’apprentissage de la musique improvisée. Son engagement pour l’enseignement de la musique fait qu’il est nommé en 2005 au poste de vice-président du Haut Conseil de l’Education Artistique et Culturelle (HCEAC).

Quel parcours!

L’eusses-tu cru ?

– Dans le registre « pour loustics », Didier a aussi interprété « Trois p’tits chats » avec le groupe Wheepers Circus en 2009 :

Il a aussi composé la BO de deux dessins animés français, les « Enfants de la pluie » et « La Reine Soleil ».

– Ce n’est certainement pas le genre de la maison de parler de ces choses, mais notre ami Didier semble avoir un goût certain pour les divas à la chevelure flamboyante.

C’est lors de l’enregistrement d’une émission en 1995 qu’il rencontre Caroline Casadesus, une chanteuse d’opéra, et c’est le coup de foudre immédiat. Il le raconte tellement bien d’ailleurs, que je préfère vous laisser lire son récit.
Avec Caroline Casadesus, il composera « le jazz et la diva », spectacle en duo qui marie harmonieusement le classique et le jazz.

Mais tout cela ne nous regarde pas et ce n’est certainement pas sur NostaLoustic que nous apprendrons que quelques années après s’être séparé de Caroline, Didier s’est épris d’une autre célèbre cantatrice, tout aussi rousse, Patricia Petibon, qu’il a épousé en 2015!

Mais encore une fois, cela ne nous regarde pas et nous ne révèlerons pas non plus que l’auteur de ces lignes est un secret admirateur de Patricia Petibon… et donc abominablement jaloux de Didier Lockwood!

Sur ce, les Loustics, il ne me reste qu’à vous souhaiter une excellente année 2017 à l’écoute de SUPERLOUSTIC !

PS : Comme bonne résolution, et comme le suggère Cochise, si vous aimez cette petite rubrique hebdomadaire, inscrivez-vous sur le forum, commentez et faites nous part de vos souvenirs sur les différents morceaux abordés dans NostaLoustic. Tous vos retours positifs me font chaud au cœur et m’encouragent à continuer !

Article publié initialement sur le forum SUPERLOUSTIC.COM.

today1 janvier 2017 Posté par : Frozenowl


Post précédent


Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoire. L'adresse mail ne sera pas publiée.


0%