Nostaloustic

La Bataille des Planètes – NOSTALOUSTIC #02

Par Frozenowl today 4 décembre 2016 1 1

Background
share close

Ta-ta-taa ta-ta-ta-taaaaa !! Plus brillant que du vif-argent ! Ta-ta-taa ta-ta-ta-taaaaa !! Plus puissant que des ouragans !
Ah ça arrache trop, cette chanson !
Ahem, pardon…

Salut les Loustics !

Cette semaine, NostaLoustic vous fait décoller dans le Phoenix avec le générique d’un classique de notre enfance : « La Bataille des Planètes », chanté par l’immense Michel Barouille.

« Science Ninja Team Gatchaman » est un anime créé en 1972 par Tatsuo Yoshida et produit par son propre studio, Tatsunoko productions. En 1978, nos amis d’outre-atlantique voient dans ce dessin animé une occasion magnifique de surfer sur la vague de Star Wars, sorti un an plus tôt, et de s’en mettre plein les poches avec des jouets hors de prix, euh non… de participer à la détente et aux loisirs de nos chères têtes blondes.

C’est donc sous le titre de « Battle of the Planets » (titre qui n’a rien à voir avec l’original japonais, mais présente l’étrange particularité d’associer un substantif belliqueux à une référence astronomique : suivez mon regard…) que Sandy Frank Entertainment distribua les aventures de la Force G, ces cinq jeunes héros qui affrontent de terribles méchants (oui, comme les Pyjamasques).

Marc (Mark en VO), Thierry (Jason), Princesse (Princess), Allumette (Tiny) et Kipo (Keyop) montent à bord du Phoenix déjouer les plans de Spectra, association criminelle et anti-écolo, dirigée par Sparok, la « suprême clarté », et son âme damnée, le sinistre Zoltar.

La série est très lourdement adaptée pour coller avec les mœurs américaines de l’époque : des 105 épisodes d’origine, il n’en reste que 85, généreusement censurés et redécoupés, pour éliminer toutes les dérangeantes scènes de fan service ou de « violence extrême ».

Mais alors, me demanderez-vous, avec tout ce saucissonnage, comment tenir les 25 minutes d’un épisode ?

Je répondrai à cette question par une autre, que je me posais quand je regardais la série étant gamin : pourquoi donc ne voyait-on jamais les robots de la base sous-marine, 7-Zark-7, son petit chien robot 1-Rover-1 et l’ordinateur, 5-Sibel-5 (dont la douce voix féminine fait triper Zarkounet) avec les membres de la Force G et leur chef, M. Cavelier ?

Ben tout simplement parce qu’ils ne sont pas dans le DA d’origine ! En effet, ces personnages ont été créé par Sandy Frank pour boucher les trous de la censure ! (A ce sujet, je vous parlerai un jour du sinistre dossier Gaby : oui, Gaby, le soi-disant « ours des Petits Malins »… )

7-Zark-7, c’était une géniale trouvaille, à plusieurs titres. Il alliait le design de R2D2 avec le caractère de C3PO, il faisait office de comic relief , et il redonne la cohérence aux épisodes en faisant un résumé des scènes censurées. Par exemple, quand une ville était rasée par Zoltar façon Hiroshima, il expliquait gentiment « La ville a été évacuée. Voilà voilà, les enfants, d’autres questions ? ».

Comme beaucoup de choses dans cet anime, la BO a été intégralement refaite. C’est donc à un certain Hoyt S.Curtin, également compositeur de la musique de nombreux dessins animés des studios Hannah Barbera, que l’on doit les thèmes et le fameux générique de la Bataille des Planètes. Ce nom ne vous dit rien ? Et pourtant, les Flintstones, les Fous du Volant, Wally Gator, les Schtroumpfs (enfin, pour les morceaux non tirés d’œuvres classiques…) et les Snorkies, c’est LUI !

C’est donc sur cette musique que Michel Barouille chanta le générique du dessin animé, diffusé sur TF1 dans les Visiteurs du Mercredi et dans Croque Vacances (on reparlera certainement de ces émissions ! :-)).

Bon, autant je peux comprendre qu’on ne connaisse pas Hoyt Curtin, autant il me semblerait incroyable qu’un Loustic nostalgique ne connaisse pas la voix chaude et puissante de Michel Barouille !

Né en 1939, Michel Barouille baigne dans le chant depuis tout petit. Son père, plombier, connaît de nombreux opéras par cœur et les chante régulièrement. A dix ans, le petit Michel a un véritable choc artistique en écoutant une version de l’Ave Maria de Shubert. Il s’engage alors dans des chorales et continue ses études musicales : il emportera comme cela 13 prix de conservatoire ! Une fois ces études terminées, il a le choix entre une carrière classique et… autre chose. Comme il adore le jazz et la musique moderne, il choisit « autre chose » et entreprend une longue et fructueuse carrière de chanteur, qui l’amènera dans le milieu de la publicité télévisée, puis à partir de 1977, dans celui des émissions jeunesse.

Ses chansons font encore résonner notre âme d’enfant : Vic le Vicking, Sport Billy, Heckle et Jeckle, Judo Boy, Le tour du monde en 80 jours, Sous le signe des mousquetaires, pour ne citer que les chansons les plus connues. On dirait qu’il a enregistré la moitié de la playlist de Superloustic.

Comme il le raconte lui-même , la réalité du quotidien de chanteur de générique de DA n’était pas toujours rose. On attendait qu’un studio nous appelle pour chanter un générique, et on avait tout juste le temps de lire deux fois le texte, sans entendre l’orchestration, avant d’être enfermé dans la « cabine de douche » pour chanter sa chanson.

Pourtant Michel a toujours adoré sa carrière et continue encore aujourd’hui, à 77 ans, de brûler les planches, pour la plus grande joie des anciens Loustics devenus grands. Comme il le raconte lui-même, même s’il lui arrivait de se demander si ce qu’il enregistrait n’était pas franchement mauvais, il se dit aujourd’hui que ses doutes étaient infondés, puisque ça marche !

Alors, moi je dis : Michel, au nom de tous les grands loustics, un immense MERCI pour ses années de rêve !

L’eusses-tu cru ?

– Vous vous rappelez ? Zoltar, c’est ce monsieur :

Monsieur ? Mais pourquoi se met-il du rouge à lèvres, alors ? Cette question m’intriguait profondément quand j’étais gamin, et l’explication tient au fait que le personnage original, Berg Katse, est hermaphrodite !!

Jugeant cela un peu trop… weird, les américains ont supprimé cette particularité.

– décidément, Michel, on l’entend vraiment partout : c’est lui qui fait la voix du Chat Botté, dans la chanson de Chantal Goya !

C’est aussi lui qui a interprété le premier générique de Bioman, quand la série passait sur Canal +, avant qu’elle ne soit reprise par TF1. Dans une de ces interviews, Michel Barouille dit le respect qu’il a pour Bernard Minet… mais avoue bien volontiers qu’il ne serait jamais rabaissé à se déguiser avec ce qu’il appelle la « barboteuse » de Bioman! :lol
 

Allez les Loustics, soyez sages, mangez bien votre soupe, et à la semaine prochaine dans NostaLoustic !

today4 décembre 2016 1 1 Posté par : Frozenowl


Post précédent


Commentaires (1)

  1. FABER
    Le 27 décembre 2021 à 17 h 06 min

    La barboteuse de Bioman m’a bien fait rire !

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoire. L'adresse mail ne sera pas publiée.


0%